Galerie


Mots-clés

prc10  

Derniers sujets
» diorama 1
Mar 8 Aoû - 16:27 par Administrateur

» LRRP..............
Ven 4 Aoû - 6:43 par Administrateur

» Forrest Gump- Lieutenant Dan
Lun 26 Juin - 23:46 par Administrateur

» scène #3.............outdoor shots
Lun 1 Mai - 0:11 par Administrateur

» Obusier M114 Howitzer
Sam 22 Avr - 17:57 par Administrateur

» M35
Mar 21 Mar - 16:06 par Administrateur

» scène #2...........outdoor shots
Mer 15 Mar - 6:29 par Administrateur

» AIR CAV.................
Sam 4 Mar - 12:15 par Administrateur

» scène #1...........outdoor shots
Ven 24 Fév - 12:47 par Administrateur

Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


scout dog

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

scout dog

Message par Administrateur le Mar 28 Mai - 8:20

Les unités de scout dog

Lance Corporal Ralph McWilliams avec son chien "Major". Novembre 1967.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



L'utilisation de chiens dans la guerre est aussi vieille que la guerre elle-même. L'homme primitif a utilisé des chiens pour protéger sa famille, ses biens et lui-même. Il a également pris son chien durant les batailles, lorsque les tribus rivales s’affrontaient. Tout au long de l'histoire de la guerre, les chiens sont allés au combat aux côtés de leurs maîtres ou ont été utilisés directement lors des combats.
En mai 1942, l'armée crée le K-9 Corps. Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, 595 chiens ont été formés pour le dépistage et la recherche des soldats ennemi. Certains chiens ont établi des records qui ont été officiellement cités pour service exceptionnel et fidèle.
Durant la guerre du Vietnam, l’US Army à déployé environ 4 000 Chiens et 10 000 maîtres-chiens. Pour la bonne santé des animaux, des vétérinaires et leurs assistants ont été déployés sur l’ensemble du Sud-Vietnam.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




L’utilisation d’équipes cynophile durant le conflit pour des missions de recherche, de dépistage ou encore de garde des bases à été un véritable succès, empêchant dans de nombreux cas les soldats ennemis d’accomplir leur mission de destruction ou d’embuscade.
Les équipes de cynophiles étaient si efficaces que les Viêt-Cong offraient des primes pour tuer les chiens et leurs maîtres.
L'armée a utilisé différentes races de chien et à constatée que le berger allemand était la race la plus appropriée pour le dépistage. Ses capacités de travail, son tempérament, sa taille, la grande facilité à trouver des animaux de cette race et ses facultés d’adaptation à tous les types de climat et de terrain sont les raisons de ce choix.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Au Vietnam, plusieurs scout dog platoon ont été largement utilisés par les unités d'infanterie. La 1ère Division d'infanterie ne fait pas exception. Ils sont soutenus par la 35th à Dian et la 41th Infantry platoon (Scout Dog) stationné à Lai Khe.
Les chiens de dépistage sont devenu très populaire durant le conflit. Affirme le sergent Jack C. Russell, sous-officier instructeur du 41th Infantry platoon.

Chaque mission est réservée à un chien précis suivant son dressage. Le chien de recherche doit être docile et avoir du flair, le chien de sentinelle est dressé à tuer et le chien de dépistage à être alerte et silencieux.
C’est pour cette raison que le choix dans la race de l’animal en fonction du type de mission est important.

Voici les différentes races utilisées durant le conflit :

Chien de dépistage ou scout dog :

Le Berger allemand à été la seule race formée à ce genre de mission, le maître-chien conduisait son animal lors des patrouilles. L’équipe de scout dog était principalement utilisée en pointe de la colonne en reconnaissance, cette position était la plus dangereuse et la plus exposée lorsque l’unité arrivait en territoire ennemi. A cas de danger, les chiens donnaient l’alerte dans le silence complet pour éviter tout repérage par l’ennemi. Les scout dog étaient formées pour alerter son maître sur les mouvements de troupes, les pièges, les mines terrestre, les camps de base, les tunnels et les caches d’armes de vivre et de médicaments.

Chien de recherche ou tracker dog :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le Labrador à été la seule race formée à ce genre de mission. Leur rôle principal consistait à suivre l’odeur des soldats ennemi mais également de suivre les traces de sang. Les Labrador noirs et jaune ont été principalement utilisé. Le Labrador était un chien amical, il supportait très le climat, il avait un instinct naturel pour suivre les odeurs au sol et se familiarisait plus rapidement qu’un Berger Allemand à un nouveau maître. Les équipes cynophiles de recherche étaient très efficaces et déterminantes.



Chien de garde ou patrol dog :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Berger allemand à été la seule race formée à ce genre de mission. Ces équipes de patrol dog étaient principalement utilisées pour la surveillance des installations aériennes, navale et terrestre sur l’ensemble du Sud-Vietnam. Elles étaient la première ligne de défense de jour comme de nuit.

Chien de déminage ou mine/tunnel dog :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le Berger Allemand était formé à flairer les mines, les pièges d’explosifs enterrés sur les routes, caché sur ou sous les ponts ou dans des bâtiments et des flairer à l’entrée des tunnels. Lorsque le chien avait trouvé une entrée et n’était pas en alerte à cause d’un piège ou d’une mine à l’entrée, un tunnel rat prenait le relais et allait dans le tunnel à la recherche de l’ennemi.

Chien de l’US Navy ou water patrol dog :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


L’US Navy à utilisé de nombreux chiens avec succès. Les équipes de water patrol dog sillonnaient sur des embarcations lentes les cours d’eau du Sud-Vietnam. Les chiens étaient entraîné à la recherche des nageurs saboteurs Viêt-Cong. Lorsque les Viêt-Cong utilisaient un bout de roseau ou un tubas, le chien repérait immédiatement le saboteur grâce à son souffle. Les chiens de la Navy ont permis de sauver de nombreuses vies et protéger les équipements, pour ces raisons les fameuses unités spéciales des Navy Seals ont utilisées lors d’opérations les chiens avec de grands résultats.

La formation :

La première phase de formation à lieu dans la base de l’Air Force à Lackland au Texas. Les animaux reçoivent une formation poussée afin de déterminer si ils sont ou non apte au dépistage.
Tout d'abord, l’animal doit être en bonne santé, ne doit pas peser moins de 25 kg et doit avoir entre un et trois ans. Si le chien est sélectionné pour la formation de dépistage, il est envoyé à l'Armée de terre au Scout Dog Training School à Fort Benning, en Géorgie.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La sélection des maîtres-chiens est aussi importante que la sélection des chiens eux-mêmes. L'expérience a montré que les maîtres-chien doivent avoir une attitude amicale envers les chiens, la patience et la persévérance, l'endurance physique et l'exercice du bon sens.
A Fort Benning, les chiens sont soumis à 12 semaines de formation intensive. La formation se décompose en deux parties. L'obéissance de base, la première phase, se déroule pendant les deux premières semaines de la formation. C'est au cours de cette période que le maître-chien et l’animal s'habituent à travailler ensemble. Dès le début, l'homme doit s'imposer comme le maître sans quoi les compétences de dépistage du chien sont menacées.

Le maître-chien augmente sa supériorité en apprenant à l’animal les commandes de base comme le « assis, debout, couché, stop, rampe ». Cet apprentissage se fait par l'utilisation de la main par différents signes et à la voix. À la fin des deux semaines, la deuxième phase de la formation est commencée, elle implique dix semaines d'instruction sur le terrain. Les commandes de base apprises au cours des deux premières semaines ne sont pas totalement oubliées, les chiens retravaillent en permanence ses commandes à travers tout le cycle.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le but de l'instruction sur le terrain est d'enseigner au maître-chien et à son animal à travailler comme une équipe en avertissant les autres de la présence de l'ennemi. En outre, le chien doit apprendre a donner un simple avertissement silencieux, les aboiements risquant d'alerter l'ennemi.

Au cours de la période de dix semaines, le chien et son maître sont exposés à chaque type de condition qu'ils vont rencontrer dans la jungle du Vietnam. Pour les premières semaines, les chiens suivent des patrouilles durant la journée jusqu'à ce qu'ils deviennent suffisamment compétent pour refaire les mêmes gestes durant les patrouilles de nuit. Pendant la phase d'entraînement de nuit, les maîtres-chien apprennent à faire confiance aux capacités de leur chiens.

Une autre phase de la formation comprend trois jours dans un village Viêt-Cong recréer. Dans cet environnement, les chiens doivent être capables de fonctionner dans les mêmes conditions qu'ils trouveraient dans un réel village ennemi.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


La dernière étape de la formation spécialisée se présente sous la onzième semaine. Chaque équipe doit passer par un test de préparation opérationnelle (TRO), où ils sont soumis à des conditions de combat simulé. Ils sont tenus de démontrer leur aptitude à surmonter des obstacles naturels, le dépistage des rizières, des marécages, des grottes et des tunnels, travaillant à partir d'un bateau, et le dépistage à travers les villages et les jungles.

Chaque équipe est classée par un instructeur qualifié lors de la TRO pour déterminer si le chien ou le maître-chien doit avoir une formation supplémentaire. Dans quelques cas, certains chiens doivent être recyclés. La décision finale est laissée à l'instructeur en chef, qui, après s'être entretenu avec ses autres instructeurs décide qui est apte au service et qui ne l’ai pas. Tous les instructeurs sont qualifiés maîtres-chiens eux-mêmes, et ont passé un tour de service au Vietnam en tant que maître-chien de dépistage.

La Base aérienne de Bien-Hoa est le prochain arrêt pour le maître-chien et son chien. Dans la plupart des cas, les deux ne viennent pas à Bien-Hoa ensemble, sauf si c'est un mouvement unitaire. La raison en est que certains chiens ayant besoin d’une formation supplémentaire restent aux Etats-Unis. En outre, de nombreux chiens sont déjà présent au Vietnam en attente d’un maître-chien.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Lorsque les maîtres-chien arrivent à Bien-Hoa, ils reçoivent un nouveau chien, qui sera leur compagnon pour le reste de leur tour de service au Vietnam. Beaucoup de maîtres-chien pensent que le chien ayant travaillé avec un précédent maître ne les écoutera pas, mais ce n'est pas le cas avec des chiens de dépistage compétents.

Après deux semaines de formation au Vietnam à la base aérienne de Bien-Hoa, le chien et son maître sont comme de vieux amis, et chacun sait exactement à quoi s'attendre de l'autre. La formation est un rappel de ce qui était à l'origine réalisé à Fort Benning, et aide l'équipe à s'adapter plus facilement à leur environnement.

De Bien Hoa, les équipes de chiens sont affectés à un peloton chien de dépistage. Les équipes désignées pour la 41th Infantry platoon scout dog sont envoyés à Lai Khe, où ils aideront les unités d'infanterie de la Big Red One dans les opérations tactiques contre des forces hostiles. Ils sont utilisés pour détecter les sites d’embuscade et les caches d'armes ennemies, de nourriture et de munitions.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Lorsque les équipes arrivent à Lai Khe, afin de s’habituer dans leur nouvel habitat, elles reçoivent une nouvelle formation pour se familiariser avec le terrain sur lequel elles vont travailler.

"Cela est nécessaire», a expliqué le sergent Russell, « parce que la zone autour de Lai Khe est différente des autres régions telle que la région du Delta, où il y a une grande quantité d'eau." Il a ajouté que l’objectif final est de s'assurer que le chien et son maître sont 100% prêt à participer à une mission de combat. Un entraînement supplémentaire est nécessaire si le binôme n’est pas opérationnel.
Si un chien sent une odeur inconnue en patrouille, il donnera une alerte, le maître-chien avisera le commandant de compagnie ou le chef de peloton. Il n'y a pas de modalités particulières à tous les chiens. Chaque animal est un individu dans sa manière d'alerter. Par conséquent, le maître doit observer le comportement de son animal avec soin ainsi il ne manquera aucun signal d'alerte.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Le sergent Gordon Moen, de Meskegon au Michigan, maître-chien dans un peloton de scout dog, raconte que lorsque son chien « Has So » donnait l’alerte, ses poils se levaient sur son dos, un autre chien appelé « Major » avait l'étrange habitude de croiser ses oreilles, tandis que « Eric » marchait sur ses pattes arrière.

« Chaque fois que le chien se mettait en alerte, la zone était fouillée à la recherche de mines, de boobytraps ou de soldat ennemi » a déclaré le sergent Grimes. "Ces chiens sont particulièrement bien à la détection des embuscades», a t-il ajouté.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




Ce fut le cas avec le sergent D. Foster Jonnie de Belhaven, NC, et de son chien « Duke ». Ils étaient en reconnaissance en tête de colonne de la Compagnie A, 1er bataillon, 28ème d’Infanterie, « Duke » s’est mis en alerte, donnant tout juste le temps à l'équipe de dépistage d’empêcher la colonne de tomber dans une embuscade ennemie.

Le chien avait agit assez rapidement pour alerter le lieutenant Anthony F. Romans, Commandant de la Compagnie, les soldats ont été en mesure de prendre les bonnes positions défensives avant que le contact avec l'ennemi soit inévitable.


Dans une lettre le Lieutenant Romans reconnaît les compétences et l’utilité d’une équipe de dépistage dans les missions de recherche et destruction.

Le sergent Russell a fait remarquer que de nombreuses fois lors des missions dans les hautes herbes, les chiens sautent lorsqu’une odeur est suspecte. Les chiens de dépistage ne sont pas en mesure de faire la distinction entre une force ennemie ou une cache d'armes, a t-il ajouté, mais le chien reste en alerte tant que la menace n’est pas éliminée ou trouvée.
Les chiens de dépistage, dans de nombreux cas, sont capables de détecter les soldats ennemi cachés sous l'eau. Si l'ennemi utilise un bout de roseau pour respirer, le chien n’aura aucune difficulté à repérer l’odeur.


Chaque fois qu'un chien est blessé sur le terrain et doit être mis hors de combat, il est traité de la même façon qu’un soldat. Si la blessure est grave et nécessite une intervention chirurgicale, le chien sera pris en charge par la Clinique des animaux à l'Armée de terre située dans la grande base aérienne de Ton Son Nhut près de Saïgon, où un vétérinaire bien formé prend le relais.

Dans la plupart des cas, cependant, un technicien vétérinaire est attribué à chaque peloton chien scout. Il est capable de traiter les maladies et blessures mineures. La majorité des blessures peuvent être traitées sur place, permettant au chien de poursuivre sa mission. Comme avec les soldats, les dossiers médicaux des chiens sont également tenues à jour.

La plupart des animaux pèsent entre 30 et 35 kg. Ils sont bien nourris et entretenus par leurs maîtres, qui ont l'entière responsabilité des soins pour leur chien.

Les maîtres-chien prennent soin de leurs animaux 24 heures sur 24. Ils font tout pour le bien-être de l’animal en assurant la nourriture et un repos régulier. Dans de telles conditions, l’homme et l’animal deviennent très attachés l’un à l’autre.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



« Mon chien est le meilleur », affirme le sergent Foster, « il est comme un frère ».

Le sergent Gordon Moen explique que chaque maître-chien ressent la même chose envers son animal.« Un chien est aussi bon qu’une arme ».

Lorsque les chiens ne sont pas en mission, ils sont généralement en formation, des leurres ennemi sont mis en place à proximité de la base. Les sens de l’animal sont constamment en éveils et proche de la perfection.

La vie d'un chien Scout est rude, mais de nombreuses unités témoignerons qu’un chien scout peut faire la différence entre la vie et la mort.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



1973 est une date importante car elle marque l’arrêt des opérations au sol des troupes américaines sur l’ensemble du Sud-Vietnam et le début du désengagement des troupes. Plusieurs milliers de chiens ont ainsi été abandonnés à leur sort, leurs maîtres ayant reçu l’ordre de partir.

La décision de considérer les chiens de combat comme du simple matériel reste le plus triste chapitre dans l’histoire des chiens de guerre dans l’armée américaine. Le sort final des animaux était soit d’être transférés dans l’armée Sud-Vietnamienne soit d’être euthanasié dans les unités respectives. Très peu de chiens ont ainsi survécu à la guerre et un nombre encore plus restreint étant reparti aux Etats-Unis.
L’Armée américaine a estimé qu’environ 10 000 vies ont été sauvées grâce a l’utilisation des ces animaux, moins de 250 chiens retournerons vivre aux Etats-Unis.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




source:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




http://vietnamwar.forumactif.org/
avatar
Administrateur
General
General

Messages : 1737
Date d'inscription : 25/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://one-sixth-vietnam.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum